MATIÈRE NOIRE par [LE MONDE]

MATIÈRE NOIRE par [LE MONDE]




LE MONDE, signe sous la plume de Emmanuelle Jardonnet une belle mise en bouche relatant l’exposition courante
M A T I È R E N O I R E. Merci !

Street-art : trois œuvres éphémères à ne pas rater

Chacun à sa façon, l’Espagnol Borondo, le Portugais Bordalo II et l’Allemand SatOne proposent pour quelques mois un travail contextuel en trois dimensions à Paris et Marseille.

L’Espagnol Gonzalo Borondo, 28 ans, est une figure à part du street-art et du muralisme, qui allie comme personne les techniques du graffiti et de la peinture classique. Côté rue, sa large palette lui permet de donner forme à des visions puissantes, peuplées de figures humaines aux rituels nimbés de mystère. Toujours en écho aux lieux et aux contextes dans lesquels il s’inscrit, et dans des couleurs sourdes qui s’y fondent d’autant mieux. Côté exposition, à la routine commerciale, il préfère imaginer des formes alternatives. Ce qu’il a fait en 2015 à Londres avec l’exposition « Animal », conçue en collaboration avec quatre autres artistes. Il réitère la formule avec plus d’audace encore à Marseille depuis début octobre avec « Matière noire », sa plus grande exposition à ce jour.

Peut-on encore parler d’art urbain pour cette extravagante proposition au sein du Marché aux puces de la Cité phocéenne ? En s’emparant de ce hangar de 4 000 m2 situé dans un quartier excentré et sinistré de la ville grâce à une carte blanche et une résidence de trois mois sur place, il réussit en tout cas le tour de force de préserver la nature de l’art dans l’espace public avec un projet qui se nourrit de la notion d’in situ. Ainsi l’activité du lieu incarne autant qu’elle donne matière à un parcours labyrinthique où les brocanteurs et leurs stands coexistent avec la proposition artistique : les visiteurs venus pour chiner ou voir l’exposition déambulent dans les mêmes espaces. L’iconoclaste a cette fois convié huit autres jeunes artistes espagnols et italiens dans l’aventure (Carmen Main, également curatrice du projet, Edoardo Tresoldi, Isaac Cordal, BRBR Films, Diego López Bueno, Robberto Atzori, Sbagliato et A.L. Crego), qui tous travaillent sur les notions d’espace et de contexte. L’ensemble de leurs collaborations ont été réalisées sur place « à partir de sensations, d’histoires et de matériaux trouvés dans le marché ».

Cette « Matière noire » qui donne son nom au projet, s’inspire de la cosmologie : « Nous ne voyons qu’une petite part de la réalité, mais ce que nous ne voyons pas fait que notre réalité existe », résume l’artiste. L’idée est donc ici de donner à voir cette matière noire à travers des traces et expériences multisensorielles (son, vidéo, peinture…). Un parcours scénographié en trois actes (« Projection », « Perception » et « Création ») qui propose une traversée de l’histoire de la représentation, de l’allégorie de la caverne de Platon à la réalité 2.0. Vision kaléidoscopique du passé et cheminement sur la façon dont l’homme appréhende la réalité, l’exposition se présente comme une plongée dans « les limbes de la mémoire » entre ombres et lumière, reflets et échos, jeux de miroir et trompe l’œil. Chaque installation recèle ses questionnements et sa part de secrets, et crée un dialogue avec les visiteurs, jusqu’à l’impressionnante anamorphose à l’étage supérieur du marché. Une émanation luminescente, spectrale, de l’accumulation de meubles et d’objets, puits de mémoire collective et individuelle. Une vision qui englobe à elle seule tout le projet. Brillant.

Emmanuelle Jardonnet

« Matière Noire », à voir jusqu’au 31 janvier, 130 chemin de la Madrague ville, 15ème / Entrée libre, du jeudi au Samedi de 10 H à 18 H, Dimanche 10 H à 14 H

Source :Le Monde 22/11/2017
Je veux visiter ! Je clique !

Matière-Noire_Act-III_Interpretation_Z_Chandellier-during-the-day-©-Blind-Eye-Factory_1

Matière-Noire_Act-III_Interpretation_Z_Chandellier-during-the-day-©-Blind-Eye-Factory_1

Matière-Noire_Act-II_Perception_N_Mirror-I_collaboration-with-Carmen-Main-©-Blind-Eye-Factory

Matière-Noire_Act-II_Perception_N_Mirror-I_collaboration-with-Carmen-Main-©-Blind-Eye-Factory

Matière-Noire_Act-II_Perception_O_Déjà-vu-I_collaboration-with-Carmen-Main-©-Blind-Eye-Factory

Matière-Noire_Act-II_Perception_O_Déjà-vu-I_collaboration-with-Carmen-Main-©-Blind-Eye-Factory

Matière-Noire_Act-I_Projection_E_Caverna_collaboration-with-Isaac-Cordal-©-Blind-Eye-Factory_1

Matière-Noire_Act-I_Projection_E_Caverna_collaboration-with-Isaac-Cordal-©-Blind-Eye-Factory_1

Matière-Noire_Act-I_Projection-©-Laurent-Carte_1

Matière-Noire_Act-I_Projection-©-Laurent-Carte_1

Matière-Noire_Act-III_Interpretation_V_Chambre-noire_collaboration-with-Robberto-Atzori-©-Blind-Eye-Factory

Matière-Noire_Act-III_Interpretation_V_Chambre-noire_collaboration-with-Robberto-Atzori-©-Blind-Eye-Factory

Matière-Noire_Act-I_Projection_J-_Alter_collaboration-with-Isaac-Cordal-©-Blind-Eye-Factory_1

Matière-Noire_Act-I_Projection_J-_Alter_collaboration-with-Isaac-Cordal-©-Blind-Eye-Factory_1