« Le travail d’Aymeric Louis se présente comme une série de passages ou de déplacements, de déplacements formels et/ou sémantiques, glissements de sens, étirements en tout genres : un salon des transformations dans lequel apparaissent des mythologies, personnelle tout autant qu’historique, artistique et scientifique se rencontrant, se court-circuitant, créant des connexions, un agencement, un principe de multiplicité. Un univers peuplé d’histoire de l’art, de cinéma fantastique, de science-fiction, des Voyages extraordinaires de Jules Verne ou de L’île du docteur Moreau de Wells, dans une sorte de transgression des catégories artistiques et esthétiques, rendant un peu plus floues, en quelque sorte, les définitions nécessairement définitives qui permettent de juger du statut des œuvres d’art : sculpture, installation, photographie, collage, dessin… ou figuratif, abstrait, ou encore moderne, contemporain… (sans même évoquer les mouvements artistiques et leurs dérivés historiques). Une transgression qui n’a pas pour seul but de transgresser, mais plutôt d’offrir une vision plus large de l’art, un peu déplacée et mouvante, non figée, ni linéairement ni hiérarchiquement. »

Sally Bonn

Ay-LOUIS-griffon

Griffon
Techniques mixtes
200 x 200 x 110 cm,2005